Actualités

Une broche Art déco adjugée 5200 €

Cette broche en or gris et en platine, datant des années 1930, a été adjugée 5 200 € au marteau le 28 janvier 2010 lors d’une vente organisée par la société de vente Rossini.

Ce bijou, entièrement serti de diamants et centré d’une émeraude, illustre le style Art déco qui prédomine dans les années 1930 et 1940.

En effet, en réaction au style Art Nouveau ainsi qu’au style

« guirlande » des années passées, les joailliers privilégient alors les lignes droites, les effets géométriques et mettent à l’honneur le diamant.

SVV Rossini – Expert Cécile Simon

Un pendentif Art Nouveau de Lucien Gautrait mis en vente aux enchères

Ce pendentif de Lucien Gautrait illustre la période de l’Art Nouveau dans le domaine de la joaillerie ( 1890 – 1910 ).
En effet, ce mouvement artistique trouva dans le bijou son expression la plus vive.

Les artistes qui créèrent les bijoux Art Nouveau furent formés aux méthodes du XIXème siècle et leur parfaite maîtrise des techniques leur permirent d’expérimenter de nouveaux matériaux et de laisser libre cours à leur imagination.

Ces artistes travaillèrent particulièrement l’émail et jouant sur sa transparence et la gamme chromatique infinie qu’offre ce matériau.

Un pendentif signé Vever adjugé 6 805 €

6805 €*, c’est le prix adjugé lors d’une vente aux enchères de bijoux le 8 décembre dernier pour un pendentif serti de diamants signé Vever.

Ce pendentif est représentatif du style « guirlande » des années 1880 – 1920.
Ce style se caractérise par l’élégance du dessin, la finesse du travail et la prédominance du diamant.
L’aspiration pouvait provenir soit de la passementerie, de la nature, de l’art du fer forgé, ou des arts décoratifs. La structure du bijou était toujours la même : lignes fortement affirmées, courbes paraissant tracées au compas, mais gardant grande souplesse, compositions symétriques autour d’un axe vertical nettement privilégié, proportions harmonieuses, rythmes gracieux.

Vente aux enchères d’un diamant de 4,76 ct.

Le 8 décembre 2009, la maison de vente Rossini* proposera aux enchères un diamant taillé en brillant pesant 4,76 ct.
Ses qualités, certifiées par le Laboratoire de la Chambre de Commerce de Paris, sont VVS1 en pureté et K en couleur.
Ce diamant est estimé par Cécile Simon, l’expert de la vente, entre 20 000 et 30 000 €.

Les qualités d’un diamant sont appréciées selon 4 critères : sa pureté, sa couleur, sa taille et son poids ( qui s’exprime en carat ). Le prix du diamant est donc fixé en fonction de ces quatre critères.
Le prix du diamant varie selon un cour international.
* Salle de vente Rossini, 7 rue Drouot, 75009 Paris. Expert Cécile Simon : 01 53 34 55 34 – 04 91 04 16 90.
VENDU 26 736 € (frais compris )

Le bijou Art déco

Un souffle d’audace agite le milieu de la joaillerie dans les années 1925. Une nouvelle esthétique est née, issue des mouvements artistiques de l’époque : le cubisme, le futurisme, le constructivisme Russe et des nouvelles technologies. Les artistes touchés par cette modernité sont Jean Fouquet, Gérard Sandoz, Raymond Templier, Jean Desprès, Suzanne Belperron, René Boivin…

Ils s’inspirent de l’architecture et de la mécanique. Leurs bijoux sont géométriques et volumineux. Ils affectionnent les pierres fines et les pierres durent et se détournent des pierres précieuses.

Un bracelet de Jean Desprès adjugé 3 894 €

3 894 € *, c’est le prix adjugé pour un bracelet de Jean Desprès.
Jean Desprès (1889-1980) fait partie du cercle restreint des bijoutiers artistes qui firent figures d’avant gardistes dans les années 1930 et 1940.
La créativité formelle et conceptuelle marque ses bijoux et notamment ses créations s’inspirant du domaine de l’automobile et de l’aéronautique et s’imprégnant du cubisme.
Le bracelet en argent présenté le 5 novembre illustre cet esprit innovant. Ses formes géométriques, ses lignes rudes et rythmées, inspirées de son expérience de dessinateur industriel, conviennent parfaitement à la femme moderne et émancipée de la France d’alors.

Jeudi 5 novembre. Salle de vente Rossini. 7 rue Drouot, 75009 Paris. Cécile Simon expert.

(* frais compris )

Un prix record pour un diamant bleu

Les enchères ont flambé lors de la vente d’un diamant à Genève.

Ainsi un diamant bleu vif de 7,03 ct a été adjugé au mois de mai, 10,5 millions de francs suisses, un prix record pour un diamant bleu.
A l’issue d’une bataille d’enchères au téléphone qui dura plus de 15 minutes entre deux amateurs, le prix obtenu pour ce diamant bleu dépassa toutes les espérances et témoigne de la vitalité du marché pour les pièces exceptionnelles.

Les diamants bleus sont les plus rares après les rouges. Ce diamant a été découvert en 2008 dans la mine de Cullinan en Afrique du Sud, de laquelle sont extraits les plus beaux diamants bleus.
Il bénéficie des plus hautes qualités : « Fancy Vivid Blue » pour sa couleur translucide et « Internaly Flawless » pour son extrême pureté.

Le nouveau propriétaire aura le droit de donner un nom à ce diamant, car telle est la tradition pour un diamant qui n’a jamais été porté !