Actualités

Un trés élégant collier de la maison Boucheron

Ce collier à transformation, en or jaune serti de diamants, est représentatif du travail de la célèbre maison Boucheron dans les années 1950-1960.

Le bijou transformable, que l’on appelle chez Boucheron les « Séparables » répond à ce souci de ponctuer sa parure au gré de son humeur. Par le jeu de charnières secrètes et d’articulations invisibles, les colliers Boucheron deviennent tour à tour clips, bracelet, diadème, ornements de coiffure…

Ici, l’élément central du collier se transforme en broche et les éléments latéraux en clips d’oreilles ou clips de revers.

Le collier est traité dans ce style « chahuté » typique de la maison dans les années 1950 : les pierres sont montées sur différents plans, à différents niveaux afin d’obtenir un relief imprévu, léger, tout en profondeur.

Vente Damien Leclere SVV, Marseille, 26 octobre 2011. Expert : Cécile Simon

Expertises gratuites à Marseille

Cécile Simon et la maison de vente Damien Leclere organisent des journées d’expertises gratuites les 16 septembre, 23 septembre et 30 septembre.

Apporter vos bijoux de famille, votre or, vos bagues et vos colliers, vos montres et Cécile Simon vous en donnera leur valeur. Et si vous souhaitez les vendre, une vente de bijoux est prévue le 22 octobre prochain.

Rendez vous donc au mois de septembre…

Maison de vente Damien Leclere, 5 rue Vincent Courdouan, 13006 Marseille. 04 91 50 00 00

Quelques enchères de la vente du 18 juin 2011

Cette épingle de jabot signée de la maison CARTIER fut adjugée 4 337 €* dans lors d’une vente aux enchères le 18 juin.

Datant des années 1910, elle se distingue par la qualité de la tête en corail de Bacchus.

Parmi les autres enchères, citons les 10 037 €* atteint pour un diamant de 1,54 ct de belle qualité ( VS1/F) et les 20 570 €* pour un diamant demi taille de 6,25 ct.

Un élégant bracelet de la maison BOUCHERON trouvait preneur à 3 965 €* et un très classique bracelet CHAUMET à 4 585 €*

Vente Damien Leclere, Marseille, 18 juin 2011. Expert : Cécile Simon

*frais compris

Un nouveau record du cour de l’or.

Le cour de l’or a de nouveau battu un record historique : il affichait le 14 septembre 2010 un prix de 1274 $ l’once. Le métal jaune affirme plus que jamais son statut de valeur refuge dans un marché caractérisé par les incertitudes économiques.

Il a enregistré une progression de 25 % en une année.

Les succès de la vente aux enchères du 22 juin chez Rossini

Principales enchères *:

Bracelet signé FALIZE : 3800 € ; Bague saphir Ceylan naturel 16,36 ct : 9300 € ; Bague diamant 4,21 ct : 15 200 € ; Bracelet ligne diamants : 6 600 € ; Bague diamant 4,03 ct : 32 000 € ; Bague saphir Birmanie naturel 12,5 ct : 17 500 € ; Bague diamant 4,27 ct : 29 800 € ; Montre CHOPARD, Happy Diamond : 16 000 € ; Bracelet CARTIER époque Art Déco: 15 200 €, Bracelet CARTIER : 10 200 € ; sac du soir CARTIER : 13 000 € ; Bague saphir Ceylan naturel : 14,86 ct : 14 800 €.

*Prix marteau

Vente Rossini SVV, 22 juin 2010, Paris, salle Rossini, Expert Cécile Simon.

Un trio de saphirs

Plusieurs belles bagues serties de saphirs seront proposées le 22 juin prochain dans une vente aux enchères organisée à Paris, par la maison de vente Rossini.
La qualité de ces saphirs tient au fait qu’ils n’ont pas subi de traitement thermique.

Aujourd’hui, une grande partie des saphirs présents sur le marché ont subi des traitements afin d’améliorer leur couleur. En effet, les pierres sont chauffées à très haute température afin de modifier leur aspect d’origine.

Lors de cette vente, seront alors présentées deux bagues serties de saphirs provenant du Sri Lanka ( 14,86 ct et 16,36 ct ) et une bague sertie d’un saphir provenant de Myanmar ( 12,5 ct ).
Il est à noter la monture particulièrement élégante de l’une d’elle, datant des années 1925, et agrémentée de deux rouleaux sertis de diamants et de petits saphirs taillés en cabochon ( cf photo ci-contre ).

ROSSINI SVV, vente 22 juin. Expert, Cécile Simon.

Des conséquences de la hausse du prix de l’or sur le marché du bijou.

Le cour de l’or a augmenté de 50 % en deux ans et depuis plusieurs mois maintenant, celui-ci est particulièrement élevé, avec un prix record atteint au mois de mai 2010 à 1233 dollars l’once.

Cette forte augmentation est davantage due à une demande importante à des fins d’investissements plus qu’à la demande de l’industrie de la bijouterie.

En effet, la joaillerie n’a utilisé que 1759 tonnes d’or environ en 2010, alors que les spéculateurs en ont échangé 1900 tonnes.

Les fabricants de bijoux ont ainsi été contraints de réduire leur marge (le coût de fabrication étant plus élevé) et ont subi parallèlement une baisse de la demande ( en raison de la crise ).

Le diamant, un investissement à facettes

Prix attrayant en ce moment et encombrement minimal, le diamant permet de marier plaisir et placement de long terme. Un investissement à manier toutefois avec prudence : seules les belles pierres sont assurées de conserver leur valeur.

Les résultats des ventes aux enchères prouvent que les pierres exceptionnelles se portent bien, assurant un minimum de stabilité et s’envolant parfois vers des sommets. C’est le cas des diamants de couleur, dopés par les acheteurs moyen-orientaux, qui ont battus tous les records au plus fort de la crise.

Le prix des beaux diamants taillés en brillant ( forme ronde ) pesant entre 5 et 6 carats a progressé de 188 % entre 2005 et 2009. Mais les pierres de qualité médiocre ont perdu de 15 à 20 % de leur valeur sur cette même période.

Ainsi, en vue d’un bon investissement, il vaut mieux se concentrer sur des pierres de la meilleur qualité possible et d’opter selon son budget pour un seul diamant plutôt que plusieurs petits.

Le marché de la vente aux enchères des bijoux se porte bien

Les résultats de la vente aux enchères de bijoux qui a eu lieu le 1er avril chez Rossini montrent que le marché du bijou se porte bien.
3053 €*, c’est le prix obtenu pour cette ravissante broche datant du XIXème siècle, sertie d’un saphir jaune, dont la couleur est rehaussée par un délicat liseré émaillé bleu.
Il est à noter également, parmi les enchères marquantes de cette vacation, les résultats de 10 381* € pour un bracelet orné d’un camée en cornaline ( voir actualité précédente ), 14044*€ pour une belle paire de clips de revers des années 1940 et enfin 12457* € pour une bague sertie d’un diamant de 2,5 carat.

Rossini SVV, vente 1er avril. Expert Cécile Simon.
* frais compris

Un camée peu ordinaire

La société de vente Rossini proposera à la vente le 1er avril un bracelet orné d’un camé peu ordinaire. En effet, ce bracelet à l’élégant décor de feuillages entièrement serti de diamants, est agrémenté en son centre d’un camée en agate figurant le portrait d’un vieillard.
Il est peu courant de voir ce type d’iconographie sur un bracelet. Les camées destinés aux bijoux féminins illustrent en général des femmes en buste ou en pied, élégamment vêtues et coiffées, des scènes d’enfants, des bacchanales, des bouquets de fleurs, mais rarement des sujets masculins.

Le camée présent sur ce bracelet est-il un élément en souvenir d’une personne défunte ?

Est-ce une allégorie du temps qui passe ou un portrait tel celui de Voltaire réalisé par Pigalle ( Louvre ) ?

Vente 1er avril, SVV Rossini, expert Cécile Simon.

La nature : source d’inspiration des joailliers

La nature est une source d’inspiration pour les artistes joailliers et en particulier la flore, offrant un répertoire inépuisable de forme.

La beauté des fleurs est alors transposée dans les bijoux dans le but d’exalter celle des femmes.

Les joailliers de l’Art Nouveau ont exploité de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux pour restituer la magie de la nature.

Les artistes de l’Art Déco ont plus traditionnellement utilisé le diamant comme matière première.

La vente aux enchères du 1er avril chez Rossini présente plusieurs exemples de ces créations artistiques. Le pendentif Art déco orné d’une marguerite entièrement sertie de diamants et la broche également en diamant figurant un trèfle feuille illustrent ce goût immodéré des joailliers pour les merveilles de la nature.

Vente 1er avril. SVV Rossini, Paris. Expert Cécile Simon

Une broche Art déco adjugée 5200 €

Cette broche en or gris et en platine, datant des années 1930, a été adjugée 5 200 € au marteau le 28 janvier 2010 lors d’une vente organisée par la société de vente Rossini.

Ce bijou, entièrement serti de diamants et centré d’une émeraude, illustre le style Art déco qui prédomine dans les années 1930 et 1940.

En effet, en réaction au style Art Nouveau ainsi qu’au style

« guirlande » des années passées, les joailliers privilégient alors les lignes droites, les effets géométriques et mettent à l’honneur le diamant.

SVV Rossini – Expert Cécile Simon